À ma fille : père apeuré mais père heureux

Article : À ma fille : père apeuré mais père heureux
Étiquettes
26 février 2019

À ma fille : père apeuré mais père heureux

À toi ma fille,

Je sais que tu ne liras pas ces lignes avant bon nombre d’années, mais il fallait que j’écrive. J’écris quand je n’en peux plus, j’écris quand je suis heureux, j’écris pour passer le temps mais j’écris pour transmettre… Alors ma fille, tu liras quand tu pourras. Je ne sais pas chanter comme Soprano à Inaya mais je te garde ces lignes qui sont miennes, qui sont mes émotions…

Je n’ai pas programmé ta naissance pour maintenant mais j’ai ce que je mérite. J’ai le mérite de t’avoir, j’ai la chance de t’avoir. La joie de te voir sourire pour rien n’a d’égale que la panique de la nouvelle de ta conception.

Ce jour-là, cette fille, cette dame, bébé maman, toute aussi paniquée, a bouleversé ma vie. Une tonne d’idées m’est passée par la tête, je t’en fais l’économie. Je sais que tu seras amenée à comprendre un jour.

Que faire ?

Passé le temps de la panique, j’ai fait ce que je fais quand je ne sais que faire : je parle à ton homonyme, ta grand-mère, cette dame qui était, qui est et qui sera là pour moi et depuis peu, pour toi aussi.

J‘ai fait le tour de tous les sites pour savoir quoi faire. Mais au fond, je savais ce que j’avais à faire : préparer et attendre ta naissance.

Puis enfin !

Ce lundi-là, de toute la journée, j’avais la peur et la panique pendant que ta mère avait peur, panique plus douleur ! Enfin, j’ai entendu ce son, le son de ta voix, le son de tes pleurs : oui j’étais soulagé ! Nous étions soulagés ! Ta grand-mère, ton grand-père, ta tante, tous réunis dans cet hôpital !

Je sais que tu ne liras pas ces lignes avant longtemps, mais sache que tes prénoms ne sont pas dus au hasard ! De ta grand-mère et homonyme tu apprendras détermination, gentillesse, disponibilité et courage. Avec ton deuxième prénom, tu rejoindras les powergirls ! Ces filles qui ont fait le choix de ne pas être comme les autres, qui ont décidé d’en faire qu’à leur tête mais surtout qui en ont dans la tête ! Bien avant que tu ne puisses lire ces lignes, ma fille, tu auras rejoins la bande !

Demain n’est pas loin…

Oui, demain n’est pas loin ! Il te faudra savoir lire avant d’aller à l’école, pouvoir dire NON là où tout le monde dit oui, dire et assumer, faire et justifier, ne pas suivre pour suivre mais accepter d’être seule par principe ! Heureusement, tu seras à la bonne école !

Bienvenue maman…

Partagez

Commentaires