Où habite Dieu en Côte d’Ivoire?

anarchie ou inondation de foi?

Sharing is caring!

D’abord, soyons clairs!

Mon article n’a aucun caractère anti-religieux, athé ou tout autre caractère discriminatoire ou négatif! Il part juste d’un constat simple alors toute interprétation hors contexte n’engage que son auteur. Nous ne jugeons pas le fond mais juste la forme! Juste comprendre cette « anarchie religieuse ».

Cela dit, venons en aux faits!

Où habites Dieu? La question peut sembler ridicule ou incompréhensible mais je vous réponds: Dieu habites dans sa maison. Et c’est où la maison de Dieu? L’Eglise! (Que les musulmans m’excusent, je n’ai rien contre-eux). Alors, normalement vous vous demandez: mais si je sais où habites Dieu, alors pourquoi mon article? Je vous comprends.

Essayons donc de comprendre!

Mais de toutes les maisons qu’a Dieu, où réside-t-il vraiment? Faites un tour dans la ville d’Abidjan, vous ne ferez pas 500 mètres sans rencontrer une « maison de Dieu ».

Au tout début, Dieu était catholique, puis nous l’avons rendu protestant-méthodiste (ou protestant puis méthodiste, à vous de voir) et ensuite… boom, nous (encore nous) avons rendu Dieu évangélique. Et depuis lors, anarchie totale! L’on ne sait plus où donner de la tête!

L’anarchie totale! Traditionnellement, les groupes chrétiens comprennent les Catholiques romains, les Témoins de Jéhovah, les Adventistes du septième jour, les Méthodistes, les Presbytériens, les Harristes, les membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours (les Mormons), les Baptistes du Sud, les Coptes, les fidèles de l’Eglise du Christianisme céleste et les membres de l’Eglise des Assemblées de Dieu et depuis peu ceux qu’on a coutume d’appeler « les évangéliques ».

D’après un article de la revue des sciences religieuses, la Côte-d’Ivoire abrite plus de 120 groupements religieux reconnus, issus uniquement du protestantisme, de 1942 à nos jours. Et s’il y a plus de 120 groupements uniquement du protestantisme, imaginez donc les autres groupements reconnus et surtout les noms reconnus! On perd vraiment son nord dans tout ça! Un recensement des différentes associations cultuelles déclarées à la Direction Générale des Cultes révèle qu’elles sont au nombre de trois cent soixante-sept (367). (Recensement de 2012), d’après un article de l’International Center for Law and Religion Studies,

Que dit la loi?

L’Etat ivoirien est laïc mais la loi requiert à toute communauté religieuse de se faire enregistrer auprès du gouvernement. Les communautés religieuses doivent soumettre une demande à la Direction des Cultes du Ministère de l’Intérieur. La demande doit comprendre les statuts et règlements intérieurs de la communauté, les noms des membres fondateurs et des membres du conseil d’administration, la date de création et le procès-verbal de l’assemblée générale (il existe tous ces éléments dans votre confession à vous?). La Direction des Cultes mène une enquête pour s’assurer que le groupe n’a pas en son sein des membres ou n’a pas d’objectifs qu’elle juge subversifs du point de vue politique. La loi ne prescrit ni de sanctions pour les communautés qui ne s’enregistrent pas ni d’avantages pour celles qui le font.

Alors sans répression ni véritable contrôle, où va-t-on? Anarchie…

Les cinémas, les cours d’écoles, les villas d’habitation, les cours communes, les bords des plages, les rues… enfin tout espaces disponibles est bonne pour servir de « maison de Dieu » au mépris de la loi sur l’environnement et le bruit de voisinage!

Et les dérives? Les scènes d’exorcisme à couper le souffle, les escroqueries, la poursuite du miracle et la promesse du « paradis » sur terre comme aux cieux, tout y passe mais comme je l’ai dit, non ne parlons pas du fond mais juste de la forme.

L’Etat ivoirien est non confessionnel. Il ne professe aucune foi, n’adhère à aucune religion, ne donne investiture et privilège particulier à aucune communauté de croyants mais  est ce pourtant qu’il doit laisser faire? Tout laisser faire? Laisser l’anarchie se faire? Il ne faudrait pas aussi que la liberté devienne libertinage. L’on a vu ici le cas de l’agrobusiness ou l’on a laissé faire pour ensuite venir réprimer… Faudrait qu’on pense souvent à réguler!

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *